• LES SPONGIAIRES

    <shapetype id="_x0000_t75" stroked="f" filled="f" path="m@4@5l@4@11@9@11@9@5xe" o:preferrelative="t" o:spt="75" coordsize="21600,21600" /><stroke joinstyle="miter" /><formulas /><f eqn="if lineDrawn pixelLineWidth 0" /><f eqn="sum @0 1 0" /><f eqn="sum 0 0 @1" /><f eqn="prod @2 1 2" /><f eqn="prod @3 21600 pixelWidth" /><f eqn="prod @3 21600 pixelHeight" /><f eqn="sum @0 0 1" /><f eqn="prod @6 1 2" /><f eqn="prod @7 21600 pixelWidth" /><f eqn="sum @8 21600 0" /><f eqn="prod @7 21600 pixelHeight" /><f eqn="sum @10 21600 0" /></formulas />

    <lock aspectratio="t" v:ext="edit" /></shapetype /><shape id="_x0000_i1025" style="WIDTH: 10.5pt; HEIGHT: 10.5pt" alt="" type="#_x0000_t75" /><imagedata o:href="http://www.univ-lehavre.fr/cybernat/puces/ball_blu.gif" src="file:///C:\DOCUME~1\OUS\LOCALS~1\Temp\msohtml1\03\clip_image001.gif" /></imagedata /></shape />Morphologie :
    Il existe deux types d'architecture : solide et tubulaire. Il en existe plusieurs formes possibles mais toutes possèdent un système de circulation d' eau identique qui fonctionne grâce à des canaux inhalants et exhalants.

    <shape id="_x0000_i1026" style="WIDTH: 10.5pt; HEIGHT: 10.5pt" alt="" type="#_x0000_t75" /><imagedata o:href="http://www.univ-lehavre.fr/cybernat/puces/ball_blu.gif" src="file:///C:\DOCUME~1\OUS\LOCALS~1\Temp\msohtml1\03\clip_image001.gif" /></imagedata /></shape />Reproduction :
    Animaux à reproduction sexuée, les éponges produisent des gamètes. Chez les Calcisponges, les cellulles germinales mâles et femelles sont logées dans le mésophyle et ont pour origine des gonocytes dérivés des choanocytes. L'union des gamètes se réalise en général suite à une fécondation indirecte. En effet les spermatozoïdes apportés par l'eau pénètrent dans les canaux inhalants et vont dans les tubes radiaux. Ils sont attirés par les ovocytes mais les choanocytes les en séparent. Un spermatozoïde pénètre dans la collerette d' un choanocyte, s'enkyste et donne un spermiokyste. A la suite de la perte de sa collerette et son flagelle le choanocyte devient une cellule charriante. L'ovocyte grandit, abandonne la cellule charriante et son spermiokyste pour migrer dans le mésophyle grâce à des pseudopodes où il migre jusque l'areium où il attire deux cellules nourricières. Plusieures mitoses se succèdent, le spermiokyste s'ouvre et son noyau se transforme en pronucléus mâle. L'union des deux noyaux mâle et femelle puis la segmentation se produisent enfin.
    La reproduction asexuée, fréquente chez les éponges, se fait par bourgeonnement. C'est le cas par exemple, de leucosolenia pour les Calcisponges, de Lophocalyx pour les Hexactinellides.

    <shape id="_x0000_i1027" style="WIDTH: 10.5pt; HEIGHT: 10.5pt" alt="" type="#_x0000_t75" /><imagedata o:href="http://www.univ-lehavre.fr/cybernat/puces/ball_blu.gif" src="file:///C:\DOCUME~1\OUS\LOCALS~1\Temp\msohtml1\03\clip_image001.gif" /></imagedata /></shape />Nutrition :
    Le courant d'eau, des pores inhalants (prosopores) aux pores exhalants (apopores) et aux oscules, traverse le corps de l'éponge et celui-ci est filtré par le corps de l'éponge. C'est le choanosome (cellules à colerette : choanocytes) qui assure ce courant d'eau. L'absorption et la digestion des nutriments se fait par voie intracellulaire et en phagocytose comme chez les Protozoaires.

    <shape id="_x0000_i1028" style="WIDTH: 10.5pt; HEIGHT: 10.5pt" alt="" type="#_x0000_t75" /><imagedata o:href="http://www.univ-lehavre.fr/cybernat/puces/ball_blu.gif" src="file:///C:\DOCUME~1\OUS\LOCALS~1\Temp\msohtml1\03\clip_image001.gif" /></imagedata /></shape />Circulation :
    La circulation de l'eau chez les Spongiaires correspond au même courant que celui de la nutrition, en ce sens que l'eau pénètre par les canaux inhalants grâce aux dermopores, circule dans l'atrium, emprunte les canaux exhalants et finalement ressort par l'oscule.

    <shape id="_x0000_i1029" style="WIDTH: 10.5pt; HEIGHT: 10.5pt" alt="" type="#_x0000_t75" /><imagedata o:href="http://www.univ-lehavre.fr/cybernat/puces/ball_blu.gif" src="file:///C:\DOCUME~1\OUS\LOCALS~1\Temp\msohtml1\03\clip_image001.gif" /></imagedata /></shape />Ecologie :
    Certains Spongiaires comme des Hexactinelides semblent adaptés à des températures très basses : ils sont capables de vivre jusqu' à 4 800 m de fond à 2°C (dans les abysses) alors que dans les zones subarctiques on peut les retrouver entre 30 et 20 m de fond seulement. En outre les Démosponges et Calcisponges sont en majorité littoraux (entre 0 et 300 m) et sont liés à tous les biotopes alguaires y compris les récifs, par conséquent en pleine zone photique. En revanche certains Démosponges non calcaires, certains Cééractinomorphes ont conquis les eaux continentales douces ; alors que d'autres restent dans la zone du haut littoral, les herbiers (Haplosclérides), et les mangroves (Hadromérides). Mais ces répartitions restent cependant très difficiles à estimer du fait des différents changements de températures qui peuvent survenir dans les Océans et ceux à cause de courants locaux ou étendus.
    <shape id="_x0000_i1030" style="WIDTH: 30pt; HEIGHT: 30pt" alt="" type="#_x0000_t75" /><imagedata o:href="http://www.univ-lehavre.fr/cybernat/icones/chasse.gif" src="file:///C:\DOCUME~1\OUS\LOCALS~1\Temp\msohtml1\03\clip_image002.gif" /></shape />Très chassé en Médittéranée

    <shape id="_x0000_i1031" style="WIDTH: 10.5pt; HEIGHT: 10.5pt" alt="" type="#_x0000_t75" /><imagedata o:href="http://www.univ-lehavre.fr/cybernat/puces/ball_blu.gif" src="file:///C:\DOCUME~1\OUS\LOCALS~1\Temp\msohtml1\03\clip_image001.gif" /></shape />
    Squelette :
    Le squelette des Spongiaires est formé de spicules de calcite (CaCO3) ou d' opale (SiO2 hydratée), auxquels peuvent s'adjoindre une scléroprotéine ou des spicules de calcites ou d' aragonite qui représentent deux formes cristallines différentes de CaCO3. La sécrétion de ces éléments se fait dans les scléroblastes, des cellules spéciales du mésophyle. Chaque branche d' une éponge renferme un filament central, constitué soit de calcite impure (éponges calcaires), soit d'une baguette protéinique (éponges siliceuses). Les spicules de calcite des Calcisponges possèdent des formes différentes :

    ·         triactines : 3 branches

    ·         tétractines : 4 branches

    ou bien encore

    ·         monoactines : 1 branche

    ·         diactines : 2 branches

    Mais ces formes ne sont pas générales et on peut rencontrer des nombres de branches en plus grande quantité comme les spicules siliceux des Hexactinellides qui sont tri ou hexactines alors que les spicules siliceux des Démosponges sont mono, di ou tétractines.
    <shape id="_x0000_i1032" style="WIDTH: 24.75pt; HEIGHT: 22.5pt" alt="" type="#_x0000_t75" /><imagedata o:href="http://www.univ-lehavre.fr/cybernat/icones/www1.gif" src="file:///C:\DOCUME~1\OUS\LOCALS~1\Temp\msohtml1\03\clip_image003.gif" /></shape />Eponges originales dans une grotte sous-marine


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :